Emblème du Causse, la cardabelle,
également baptisée cardoule
 fut choisie pour être celle de
  l'Union du Sauveterre !  

Union du Sauveterre

Le Causse de Sauveterre

Emblème du Causse, la cardabelle,
également baptisée cardoule
 fut choisie pour être celle de
  l'Union du Sauveterre !


La faune


Ici, où l'habitat (4 hab/km2) est peu dense, la faune s'épanouit.
La réintroduction des vautours
C'est en 1971 que débute cette expérience. Le Fond d'Intervention des Rapaces (FIR) s'associe au Parc National des Cévennes pour réacclimater une soixantaine de vautours fauves venant de zoos et de de centres pour rapaces blessés en France et en Espagne. Ces oiseaux, qui avaient disparu du ciel lozérien depuis le début du XXième siècle, victimes d'une image négative auprès des bergers, commencent à se reproduire dans les volières.
De 1981à 1986, soixante vautours fauves seront libérés. Pour assurer leur nourissage plusieurs charniers seront aménagés en divers points.
Actuellement la colonnie de vautours fauves compte plus de 200 individus.
La réintroduction du vautour moine, également charognard, une des espèces les plus rares d'Europe, lui a fait suite en 1992.
Cette réintroduction a été bien accueillie par la population locale.
Point n'étaient sur un arbre perchés les deux vautours

Les rapaces, vautours fauves, vautours moines, buses ainsi que les corvidés, corbeaux et corneilles sont les maîtres du ciel des Gorges et des causses où l'on trouve également des grives(tourdres), des bécasses et des perdrix qui sont forts appréciées des gourmets.
Les grives sont capturées depuis des temps immémoriaux grâce au piégeage à la tendelle. Ces pièges traditionnels sont composés essentiellement d'une pierre plate calée par quatre bâtonnets en équilibre au dessus d'un appat (genièvre avec baies, le plus souvent); lorsque l'oiseau y touche, il déclenche la chute de la pierre qui lui est fatale. Aujourd'hui le piégeage est fortement réglementé par un arrêté qui prévoit la protection des petits oiseaux en imposant des échapatoires pour les petits oiseaux (mésanges...). Pour plus de précisions, voir l'Arrêté du 7 novembre 2005 relatif à l'emploi de tendelles dans les départements de l'Aveyron et de la Lozère.


Tendelle sélective
Tendelles
La confection de tendelles est une tradition caussenarde. La tendelle est un ingénieux piège confectionné à l’aide de pierres plates et de morceaux de bois sous laquelle on place des graines de genévrier.
La grive imprudente venant chercher ainsi sa pitance fait tomber sur elle une dalle maintenue en équilibre par des bâtonnets.
Autrefois les tendelles représentaient une part impor-tante du budget des caussenards et permettaient de financer une partie de la paye du berger.
Sur les pentes des rives du Tarn règne le sanglier. Mais pour trouver sa nourriture il doit monter sur le Causse, où il occasionne parfois de gros dégâts dans les cultures. A ses côtés on trouve également quelques cervidés et de nombreux autres mammifères de taille moyenne comme la belette et la fouine, mais également génettes, martres, blaireaux et renards.

C'est dans les années 70 que le mouflon ( espèce de mouton sauvage, figure emblématique de la Corse) est introduit en Lozère comme dans d'autres régions montagneuses du sud de la France, évitant ainsi son extinction. Le mouflon s'acclimatera très bien à la région et se multipliera, entraînant dans certaines communes de très gros dégâts sur les cultures. Tant et si bien que, de nos jours, la chasse aux mouflons est autorisée, mais est néanmoins soumise à un plan de chasse très strict. On trouve deux colonies importantes : région de Prades-Ste Enimie et vers St Rome de Dolan-Mostuéjouls (Cirque de St Marcelin). Cependant, et malgré leur nombre important, les mouflons restent des animaux sauvages difficiles à observer. On note une présence importante de chevreuils et de cerfs introduits, qui peuvent causer également des dégâts.
Haut de la Page
Partager sur Google+
Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
® faune maj : 09.11.2007 10h22
Mentions Légales - Partenaires
© Cardoule Création